Bronchiolite : pas de kinésithérapie systématique ça avance…

Comme vous le savez, depuis le début de notre activité il y a bientôt 10 ans et grâce notamment à la lecture de la revue Prescrire®, nous avons toujours été particulièrement vigilant sur les évolutions thérapeutiques afin d’éviter les prescriptions inutiles voire dangereuses.

Cela nous a permis d’être précurseur dans beaucoup de domaines, comme par exemple l’arrêt de la prescription de sirop, des vasoconstricteurs nasaux, des traitements pour la montée de lait, ou encore sur l’arrêt de la prescription d’Uvesterol® depuis plusieurs années, qui a tristement fait parti de l’actualité récemment. Force est de constater, que même si cela prend parfois trop de temps, ces pratiques se généralisent souvent par la suite, et deviennent même parfois des règles absolues pour tous.

Depuis plusieurs années déjà nous ne recommandons plus la kinésithérapie respiratoire systématique dans la prise en charge de la bronchiolite, car elle n’a fait aucune preuve de son efficacité et a montré des effets indésirables parfois graves.

Nous sommes ravis de voir enfin les lignes bouger et retrouver cette phrase dans les recommandations Vidal, qui même si elles ne font pas « office de loi » bénéficient d’une certaine légitimité:

« La kinésithérapie respiratoire n’ayant pas démontré d’effet sur la durée d’hospitalisation, les besoins en oxygène et les scores cliniques au cours de l’hospitalisation, elle n’a plus lieu d’être prescrite. Mais elle peut être un relais pour aider à la surveillance de l’enfant en ambulatoire.
Elle demeure cependant utile en cas de pathologie neuromusculaire ou respiratoire chronique, ou en cas de trouble de ventilation avec retentissement clinique significatif. »

Cela est l’occasion de rappeler une nouvelle fois à nos patients, que lorsqu’une de nos pratiques les surprend car elle diffère de ce qu’ils ont connu auparavant, elle n’est pour autant jamais le fruit du hasard. Ces décisions sont mûrement réfléchies et basées sur des preuves solides. Et même si elles tardent parfois à être appliquées dans d’autres structures et même dans  des centres de référence , l’histoire nous a jusqu’à présent toujours donné raison.

Merci pour votre confiance,nous faisons notre maximum pour en rester dignes.

Dr B ALEXANDRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *